Le BIM au bout des doigts

Mis à jour : juil. 23

Bâtir devient de plus en plus complexe techniquement en raison de l’évolution des exigences, des méthodes de construction et de la multiplication des intervenants. Les architectes, acteurs clé des projets de construction, travaillent dans un secteur complexe, dynamique et en constante évolution : déplacements entre le bureau et les différents chantiers, collaborations entre plusieurs parties, besoin de montrer, d’expliquer ou de discuter de sujets tout en s’appuyant sur des cartes « mentales » 3D et plans en 2D, de schéma etc... Les raisons pour réfléchir à des solutions et des outils numériques de travail efficaces sont de plus en plus évidentes (BIM, maquette numériques etc…). Il existe aujourd'hui des supports de travail intelligents comme la projection tactile qui est un véritable moteur de productivité pour les professionnels de la construction.



L’architecte acteur clé dans tout projet de construction


L’architecte est formé pour concevoir et intervenir sur l’ensemble des opérations de l’acte de bâtir. Il intervient sur l’ensemble des étapes de réalisation des travaux : conception, faisabilité, suivi du chantier, livraison, expertise, etc.

Tout au long du processus, l’architecte jongle entre les plans en 2D et sa maquette « mentale » en 3D.


Par conséquent, l’information est donc redessinée, remodelée, complétée, filtrée tout au long du processus, de la conception à l’exécution à travers les différents intervenants (maitre d’ouvrage, maitre d’œuvre, architecte). Des informations sont souvent perdues ou erronées au cours du processus. Aussi, lors de la revue de plan, plusieurs versions successives sont proposées au client (maitre d’ouvrage).


Les architectes sont souvent en déplacement sur les chantiers, afin d’observer l’état et la progression des travaux.


L’une des difficultés opérationnelles sur les chantiers est en effet l’inadéquation récurrente entre les plans de l’architecte et ce qu’il est réellement possible de faire par les entreprises. Par conséquent, le DOE (dossier des ouvrages exécutés) remis en fin de chantier peut ne pas correspondre à ce qui a été fait en réalité, ce qui posera évidemment des problèmes au moment de la réhabilitation et un problème de qualité puisque les choix réalisés de manière autonome par les entreprises rentrent en conflit et peuvent alors donner, selon les cas, des problèmes d’étanchéité, de ventilation…


Enfin, comme le projet fait intervenir plusieurs personnes, un manque de collaboration et coordination augmente fatalement le risque d’erreurs et de retards.

Les rapports de chantier visent à les réduire, en mettant par écrit et en partageant les observations faites pendant les visites régulières. Au vu de ses complexités, la digitalisation du secteur s’avère nécessaire pour gagner en productivité, optimiser les coûts et réduire les délais.


Apport des outils numériques aux architectes


Actuellement, plusieurs outils numériques ont vu le jour révolutionnant le secteur du BTP. Parmi les plus utilisés, on retrouve les outils de modélisation 3D, CAO (conception assistée par ordinateur), BIM, logiciels de gestion etc...

Outils de modélisation 3D

Ils modélisent des formes et des scènes en trois dimensions : le rendu obtenu, souvent très réaliste, offre au client une visualisation convaincante du projet. Exemple : Kozikaza, SketchUp.

CAO (conception assistée par ordinateur)

Outil permettant de modéliser virtuellement des produits fabriqués, mais surtout de les tester. Un outil de CAO se différencie d’un simple logiciel de modélisation 3D ou de DAO (dessin assisté par ordinateur) par l’interprétation technique, la possibilité d’appréhender les interactions et les éventuelles incompatibilités. Exemple AutoCAD.



Les logiciels de BIM

Concept assez récent, il se définit avant tout comme un processus de construction collaboratif. Impliquant la conception d’une ou plusieurs maquettes (ou modèles) numériques intelligentes, le BIM conduit à une gestion et une production performantes des données relatives au bâtiment. Grâce au BIM, on peut donc détecter les éventuels problèmes bien en amont dans les productions de mise en chantier, rendant ainsi des infrastructures de meilleures qualités. Exemple : Archicad , Revit.



Logiciels de gestion

Dédié aux architectes, mais aussi aux architectes d’intérieur, aux urbanistes et aux bureaux d’études, traite un ensemble de missions annexes : administratif, gestion de projet, gestion des collaborateurs, notes de frais, facturation, suivi des budgets et du temps de travail, etc. Exemple : OOTI


Autres outils numériques généralistes :


Partage de fichiers

Le partage d'informations et de travaux professionnels sont essentiels à la communication et à la productivité.

Grâce à certains outils sur internet, les collaborateurs peuvent créer, partager et modifier des fichiers de travail en temps réel. Exemple : Dropbox, Google Drive, Wetransfer

Le BIM et la visio-conférence


La combinaison d’outils BIM et de la visio-conférence permet de faire des réunions de revue de plans à distance. Ce qui permet de réduire les coûts, et d’éviter des déplacements aux collaborateurs.


Lors de réunions avec échanges visuels grâce aux caméras de nos appareils, le partage d’écran s’avère très utile pour présenter des documents ouverts sur notre propre machine (un texte, un tableau, un dessin…) et les commenter avec les autres participants, comme on le ferait si l’on était réunis devant le même écran à l’agence ou autour de feuilles sur une table.

Exemple : Skype (simple mais efficace), Cisco Webex, Microsoft Teams, Whereby, Google Hang Out etc....

Ces outils ne sont pas interopérables entre eux, tous les participants doivent utiliser le même (mais chacun dans son environnement).


La projection tactile véritable moteur de productivité pour les professionnels de la construction


Si les logiciels numériques sont des alliés incontournables, il est à noter que les méthodes de travail autour de ces outils particulièrement le BIM impliquent plus de communication, plus de collaboration et donc des compétences qui consistent à se coordonner et à coopérer dans des environnements techniques relativement complexes (chantiers etc..).

Beaucoup de désordres dans les constructions sont liés à l’interface entre les différents corps d’état, par manque de partage de l’information, souligne-t-il. Tout l’enjeu de ce travail collaboratif est de diminuer la sinistralité qui représente chaque année 10 % du chiffre d’affaires du secteur » affirme Bertrand Delcambre, président du Plan de transition numérique du bâtiment.


Actuellement plusieurs solutions Cloud computing ont été développés (armoires à plan, reporting temps réel, rapport de chantier, gestion de projet, etc..). En revanche très peu ou pas de solution hardware efficaces et innovantes répondant aux besoins de visualisation, de partage et de collaboration, sont proposées particulièrement dans les chantiers. Que propose le marché actuellement ?


Parmi les interfaces utilisées, on retrouve essentiellement les smartphones et les tablettes.

Les smartphones sont généralement trop petits pour visionner des plans ou écrire des commentaires.



En revanche, les ordinateurs portables ne sont pas très pratiques sur un chantier: ils sont fragiles et non mobile. La tablette associe les côtés pratiques d’un téléphone et d’un PC, néanmoins elle est d’utilisation individuelle et n’est pas adapté à un travail collaboratif. Aussi l’écran est trop petit pour une bonne visualisation des maquettes 3D. De plus sur les chantiers, il est nécessaire d’opter pour une tablette durcie qui s’avère assez coûteuse.


Autre solution innovante d’interface collaborative : la projection tactile.



Développé par la startup Adok, le projecteur intelligent est le fruit de 3 années de R&D. C’est une solution incroyablement simple, mobile grâce à une batterie intégrée lui conférant 2h d’autonomie, intuitif et efficace qui embarque un PC Windows 10 intégré. C’est l’outil parfait pour les revus de plans. Le projecteur est compatible avec tous les logiciels et applications BIM. Il permet d’interagir de façon incroyablement naturelle avec des plans. On peut zoomer, annoter et partager en temps réel.



Toute surface devient tactile comme une tablette grâce à une technologie de reconnaissance d’image. Le projecteur intelligent peu être utilisé sur des environnements contraints (chantiers, luminosité naturelle, poussières etc.…)


Aujourd’hui, la startup compte à son actif plusieurs grands comptes notamment Eiffage, Bouygues, SNCF etc…










Conclusion

Monter et suivre un projet de construction est un défi énorme en termes de planning, de collaboration et de communication. Il est donc crucial d’utiliser des outils de travail efficaces, qui simplifient la vie et permettent de livrer des projets de construction susceptibles de respecter les échéances et les coûts.


Ces outils permettent une meilleure visualisation des plans grâce au BIM et à la maquette numérique, une collaboration plus efficace grâce aux logiciels de gestion de projet, une centralisation et traçabilité afin de réduire les oublis et de corriger, au maximum les erreurs. La gestion des informations est facilitée et recueillies dans un seul endroit. Elles sont consultables sur plusieurs supports et sont donc disponibles partout. Actuellement très peu de solution hardware sont proposées pour accompagner la digitalisation du secteur. La projection tactile est une solution intelligente proposée dans le cas d’usage de revue de plan permettant une meilleure visualisation des plans, une traçabilité des versions grâce à l’annotation de plan et une meilleure collaboration autour des projets de construction. Le projecteur tactile est aussi adapté aux environnements contraints comme les chantiers actuellement non « numériquement » connecté au processus de construction.

0 vue

© Constructech.Club - 2019